Skip to content

Essayeur Fondeur France

Lingots « LBMA Good Delivery »

La LBMA (London Bullion Market Association) fait des prescriptions détaillées à ses membres définissant la qualité de leurs lingots d'or standard (approx. 400 oz) et de leurs lingots d'argent standard (approx. 1000 oz) qui sont à déposer à la bourse de l'or / bourse de l'argent de Londres.

Dans l'usage linguistique général, la désignation « apte à la LBMA » est faussement passée dans l'usage pour les petits lingots d'or et d'argent normaux de 1 g à 1 kg de ces producteurs s'ils sont achetés au commerce privé par l'intermédiaire des banques, des caisses d'épargne et des commerçants de métaux précieux. En fait, ce sont seulement les grands lingots standard / lingots des banques centrales « Good Delivery » qui sont commercés à la bourse des métaux précieux à Londres.

Pour les investisseurs privés, le standard de la LBMA donc ne joue pas un rôle. Cependant, beaucop de participants au marché, particulièrement les banques et les commerçants de pièces d'investissement, toujours indiquent l'aptitude au standard LBMA de leurs produits pour des raisons de marketing ou contre tout bonne foi en ce qui concerne le commerce de lingots. Comme cela est passé dans l'usage, nous l'indiquent parfois aussi s'il s'agit des produits issus des fabricants registrés à la LBMA pour les dépôts. Finalement, il serait impossible pour chaque hôtel des monnaies et chaque affinerie au marché allemand (registré à la LBMA pour le dépôt des lingots standard ou non) de déposer les lingots d'or ou d'argent ayant un poids ou titre inférieur que ceux indiqués sur eu. Ne serait-ce à cause de la certification ISO quasiment obligatoire des participants au marché. C'est la raison pour laquelle les granulés existant avant la fonte, mais aussi les lingots après la fonte sont régulièrement analysés et contrôlés quant à leur poids.

S'il s'agit d'un rachat par une banque ou un commerçant de métaux précieux, l'état, le poids et le titre de chaque lingot avec n'importe quel marquage du fabricant sont de nouveau séparément vérifiés avant le paiement au vendeur.

Une registration à la LBMA ne vaut la peine que pour les établissements de fonte de lingots qui effectivement projettent à déposer les lingots à la LBMA à Londres. Donc, dans la plupart du temps ce sont les établissements qui raffinent plus de métaux précieux qu'ils peuvent vendre aux entreprises industrielles ou aux acheteurs d'investissement sur le marché de commerce, en raison de leur bon approvisionnement en matières premières venant des mines ou des dépôts des banques centrales. Cela va souvent de même pour les raffineries qui ne sont pas actives dans le commerce de métaux précieux primairement, mais qui produisent de grands volumes d'or et d'argent en tant que produits secondaires, s'agissant p. ex. des grandes forges de cuivre.

Conjointement avec ses établissements de fonte partenaires, l'ESG recycle beaucoup de tonnes de métaux précieux venant des différents usages commerciaux ou privés, mais elle livre aussi de plus grands volumes aux entreprises industrielles, aux établissements de fonte, aux commerçants de lingots d'investissement et aux particuliers. Donc, il faut aussi acheter des métaux précieux supplémentaires pour son propre production. Les indications sur le titre des nos vendeurs industriels sont nettement supérieures aux prescriptions données par la LBMA dans leurs dispositions de dépôt. Ainsi, cela ne nous cause pas de problème de garantir les puretés de 99,99% pour l'or et de 99,9% pour l'argent qui sont devenues courantes pour les lingots d'investissement.

S'agissant de la production de certains de nos produits d'investissement de BARREN.de créés conjointement avec l'entreprise d'Heimerle+Meule, comme p. ex. la production des lingots d'or poinçonnés ou de nos ComibBars, l'ESG et Heimerle+Meule collaborent avec une entreprise qui a été registrée à la LBMA, l'entreprise suisse de Valcambi SA. D'un côté, cette entreprise, le plus grand établissement de fonte mondial, dispose d'un réseau de distribution permettant à vendre les lingots composites de CombiBar patentés par l'ESG dans le monde entier et de l'autre côté, la qualité de la surface des lingots qui ont été poinçonnés par Valcambi est évidemment très haute. Autrefois, Valcambi faisait part de Crédit Suisse et aujourd'hui, elle appartient à la société de mine d'or Newmont Mining. Sur les produits de Barren.de, on peut reconnaître ces lingots et ces lingots de tablettes, qui ont été produits au canton suisse de Tessin, grâce à leur symbole de fonte Good Delivery de « CHI ESSAYEUR FONDEUR » appliqué par Valcambi.

Prescriptions de la LBMA pour les lingots de commerce courants :

Prescriptions de la LBMA :Lingots d'or « Good Delivery »Lingots d'argent « Good Delivery »
Poids minimal :350 oz (10,9 kg)750 oz (23 kg)
Poids maximal :430 oz (13,4 kg)1100 oz (34 kg)
Longeur approx. x largeur :23,6 cm à 25,5 cm x 5,7 cm à 8,1 cm25 cm à 35 cm x 11 cm à 150 cm
Hauteur approx. :3,7 cm6 cm à 10 cm
Titre minimal :99,5% titre d'or99,9% titre d'argent
Indications obligatoires sur les lingots :Numéro de série, titre, année de production, poinçon Assayer de la raffinérie

 Veuillez trouver une liste de toutes les entreprises registrées à la LBMA sur www.LBMA.org.ug


Platine / Palladium:

Il va de même pour les lingots de platine et les lingots de palladium, mais le marché de commerce de ceux-ci n'est pas la LBMA mais le LPPM (London Platinum & Palladium Market).

 

• Les méthodes traditionnelles, utilisés par beaucoup de fondeurs d’or.

Il s’agit d’abord de lingoter de l’or qui peut être de différentes provenances : alluvionnaire, bijoux, déchets dentaires de laboratoires ou d’industrie. L’or est placé dans un creuset en graphite adapté au volume d’or à insérer. Le fondeur d’or place ce creuset dans un four à induction à une température contrôlée d’environ 1100°C pour sa fonte. Si la température de fonte est trop élevée, des pertes de métaux alliés à l’or peuvent se produire et si elle est trop basse, lors de la fonte la superficie se solidifie prématurément et se répercute de façon négative sur l’apparence du lingot d’or.

Le temps de fusion dépend des fours utilisés. Un fondeur d’or peut utiliser un four à induction à fréquence électromagnétique qui fond l’or en quelques minutes. Il peut aussi utiliser un four à résistance électrique qui irradie la chaleur et fond l’or plus lentement, et d’une même manière on peut trouver encore d’anciennes fonderies d’or ayant de vieilles installations utilisant le coke (sorte de charbon), ce qui est plus polluant. Pour aider la fonte d'or qui n'a pas été affinée, il est courant d'utiliser un fondant qui est du borax pour obtenir une fonte plus homogène.

Lors de la fonte de l’or en fusion et du lingotage, en cas d’un préchauffage excessif du moule, le recouvrement de celui-ci peut s’évaporer ou brûler et il peut ainsi apparaître plus tard des petites cavités inesthétiques sur le dessous et la superficie du lingot. C'est seulement après ce processus que l'or peut être analysé, en général à l'aide d'un spectromètre à rayon X ou par une méthode plus classique quoique plus longue appelée « coupellation ». Ces lingots ne peuvent pas être commercialisés en bourse parce qu'ils ne présentent pas les critères de pureté requis en tant qu'or monétaire, ces lingots nécessitant un affinage industriel de l'or.

En ce qui concerne la fonte pour le lingotage des lingots monétaire ou d’or industriel qui titrent entre 995°/°° et 999.9°/°° d’or pur, des précautions doivent être prises pour obtenir un lingot parfait.

Avant la fonte du lingot, le fondeur d’or doit diriger une flamme vers le moule dont la température peut varier entre 800 et 900°C pour chasser les imperfections éventuelles du lingot lorsqu’il se solidifie sur la partie supérieur, aucun fondant n'est utilisé. Cette action garantit non seulement que la superficie supérieure soit lisse en apparence et mais aussi qu’aucun type de résidu contaminant ne brûle durant le processus de déversement.

En France sont fondus des lingots de différents poids, qui peuvent varier de 995 à 1.005 grammes et de différents titres entre 995°/°° et 999.9°/°° pour obtenir un lingot d’un poids approximatif d’un kilo qui correspond à la définition légale d'un lingot d'or monétaire.

L’or avant d’être fondu est granulé par un processus industriel. Ceux sont ces granulés qui sont pesés pour la fonte d'un lingot monétaire. Lorsqu'il y a un surplus de poids après le lingotage, le fondeur l’élimine en coupant un coin,  si le poids est moins important que celui désiré, le fondeur d’or refuse le lingot et le fond une nouvelle fois. Ces lingots qui sont totalement individualisés avec un numéro d’identification et une analyse sont accompagnés d’un certificat qui est établi par un essayeur du commerce accrédité par la Banque de France, l’or fin contenu de ce lingot étant le résultat mathématique du poids multiplié par le titre, résultat cependant qui donne rarement un kilogramme.

Ces lingots circulant en France, lorsqu’ils sont vendus dans un autre pays, sont refondus et ré-affinés pour répondre aux caractéristiques du standard international imposant un lingot de 1000 grammes titrant précisément 995 ou 999 millièmes. Cela veut dire que les lingots français qui sont revendus en dehors de la France le sont avec une décote significative.

En France il n’y a plus de cotations boursière care celle-ce a été fermée depuis un certain nombre d’années. Cette cote est « fabriquée » par certaines sociétés en fonction de « leur offre et demande » et seule la cotation internationale qui est un spot de l’instant peut être significative de la valeur réelle d’un lingot d’or.

• La méthode moderne des fonderies d’or

Elle permet de fabriquer en même temps plusieurs lingots de petite ou de grande  taille grâce à des procédures automatisées.

Une machine entièrement robotisée envoie de l’or en fusion à 1100 degrés provenant d’un four à induction placé au-dessus d’un tunnel oú avance une chaine de lingotières dans un flux de flammes pour chasser les impuretés éventuelles lors de la coulée et obtenir un lingot parfaitement lisse sur sa surface.

Le lingot d’or obtenu est ensuite refroidi dans la chaîne oú il est automatiquement pesé pour vérifier son poids.

• Marques et poinçons

Les lingots d’or sont certifiés par un essayeur du commerce agréé par la Banque Nationale de son pays. Chaque lingot est gravé d’un numéro de série, du sceau de l’essayeur du commerce, des poinçons de la société d’affinage, du poids et du titre d'or du lingot.

Une presse hydraulique applique normalement tout ou partie des indications en même temps. Parfois elles sont gravées manuellement en martelant individuellement chaque lingot.

Le numéro de série est appliqué grâce à une machine spéciale qui le poinçonne avec un numéro séquentiel.

• Le test ou l’analyse déterminant la pureté des métaux précieux

Les procédures de certification du poids et de la pureté avant et après la fabrication peuvent varier entre les différentes raffineries et sont appelées « essais ».

Qualitativement le fondeur d’or teste le métal avant la fabrication des lingots par des procédés très sophistiqués et une précision avoisinant les 9999 dix-millièmes. Ces derniers sont aussi vérifiés après en les sélectionnant au hasard, mais ils sont de toute manière sous la responsabilité de l’essayeur de commerce qui y a apposé sa marque.